Aller au contenu

Notre expertise

Le Centre CESAM vous propose de nombreux moyens pour vous informer sur les thèmes fondamentaux d’une bonne hygiène de vie.

Les 5 thèmes fondamentaux d’une bonne hygiène de vie (les «cinq facteurs du vivant») :

  • la respiration,
  • l’alimentation,
  • la détoxication,
  • la gestion du mental,
  • la gestion du stress.

Ces 5 thèmes sont abordés de façon très concrète lors de :

  • ateliers pratiques,
  • conférences,
  • journées à thèmes,
  • séminaires à thèmes.

Les journées à thème
Les conférences

CESAM propose à ses adhérents des journées d’information ou des conférences animées par des médecins ou des professionnels, sur les thèmes suivants.

Si le nombre de demandes pour chaque thème est suffisant, des dates seront fixées ultérieurement.

  • alimentation et santé ;
  • se détoxifier et se régénérer naturellement ;
  • la spiritualité au quotidien ;
  • le diabète ;
  • du colon irritable ;
  • surpoids et obésité ;
  • respiration ;
  • initiation pratique à la cuisine-santé ;
  • détoxication et détoxination ;
  • gestion du stress et des émotions.

Les séminaires

Depuis 2014, de nombreux séminaires à thème ont été organisés, dans toute la France. Ils ont connu un réel succès : les participants leur ont attribué une note moyenne de satisfaction de 4,8 sur 5.

Nous accueillons des personnes de toute la France, mais également de l’étranger qui viennent apprendre à devenir acteur de leur santé et de leur bien-être, tout en profitant de cette magnifique région de Cannes, la perle de la Côte d’Azur…

Ils sont ouverts à tout public et ne requièrent aucune connaissance préalable. Ils couvrent deux grands thèmes :

  • les cancers : comprendre la maladie, son évolution, les traitements conventionnels ; apprendre à accompagner ces traitements, les rendre plus efficaces et mieux tolérés ; renforcer son immunité. Préciser la place du régime cétogène et du protocole du Dr Schwartz.
  • les maladies auto-immunes, les fibromyalgies, le syndrome de fatigue chronique : comprendre ces maladies, leur évolution, les traitements conventionnels. Préciser le rôle majeur de l’alimentation, des infections froides (Maladie de Lyme…), des polluants (métaux lourds…), du mental.

Ces séminaires offrent, durant une journée, des outils très concrets pour permettre à chacun de mobiliser les ressources quasi illimitées qui représentent la « médecine du corps », complément indispensable de la « médecine des hommes ».

Ils sont également l’occasion d’échanger vos expériences personnelles avec des personnes vivant des situations proches de la vôtre, face à des maladies encore parfois mal connues ou mal reconnues. Vous y trouverez une écoute qui vous permettra de vous sentir enfin compris, ainsi que des témoignages de personnes ayant déjà mis en place ces différents outils avec succès.

Le pôle enfants

Il a pour vocation de favoriser son épanouissement, et de contribuer au mieux être psychique de l’enfant ou de restaurer son équilibre psychosomatique, en lui permettant d’exprimer ses ressentis par diverses démarches adaptées à ses besoins, ressources et possibilités.

Nous invitons l’enfant à faire des choix parmi diverses pratiques complémentaires :

  • Apprendre à ressentir son corps, à masser les autres enfants, à s’auto masser (Do In)
  • Apprendre le respiration abdominale
  • Approcher la gestion émotionnelle
  • Aller à  la découverte du corps humain
  • S’exprimer grâce à l’art (art-thérapie) : le travail thérapeutique avec l’enfant par la parole est souvent délicat. Il est difficile pour le jeune patient de verbaliser son ressenti et d’y mettre du sens.

 

Les émotions liées aux changements sont souvent complexes à gérer et difficiles à mettre en mots.
Selon l’âge, les sujets de préoccupation de l’enfant ne sont pas les mêmes.

La situation familiale, scolaire ou sociale induit des problématiques très différentes.

L’accompagnement de l’enfant permet de mettre en place un soutien autour de questions telles que la notion d’identité, de manque de confiance, d’autonomie, de développement de soi, d’affirmation, de différence, du corps, d’image de soi, de situation d’échec, de place au sein de la famille, de peur, etc

ecole5
ecole4
ecole6
ecole7

PREVENTION SANTE dans les ECOLES

Depuis 2019, l’association CESAM  intervient bénévolement dans des écoles de la région.

Ce beau projet s’est créé naturellement par la volonté de quelques personnes qui comprenaient que la transmission d’informations sur la santé dès le plus jeune âge était essentielle pour aider nos enfants à rester en bonne santé.

Messages à notre future génération :
A tous les enfants pour qu’ils restent en Bonne Santé maintenant et plus tard.
A tous ces enfants qui partageront ces connaissances avec leurs amis et qui protégeront leur future famille plus tard avec de bonnes habitudes de vie saine.
A ces enfants qui éduqueront aussi leurs parents maintenant  grâce à leur savoir, à
leur patience et bienveillance.

Objectif

Aider les enfants à rester en bonne santé
Le mode de vie impactant notre santé, prendre des bonnes habitudes dès l’enfance avant que nos comportements ne deviennent automatiques est une nécessité pour garder une bonne santé mentale et physique. L’addiction au sucre fait déjà beaucoup de ‘ravages’ chez les jeunes : obésité, hyperactivité, manque de concentration et maladies chroniques.

Ce projet ‘pilote’ a réuni des enseignants volontaires et des intervenants de l’association CESAM afin d’alerter les élèves sur les aliments transformés, nocifs à leur santé.
Les deux sujets prioritaires abordés au début en 2019/20 étaient : Le ‘Mauvais sucre ou le Sucre, une drogue faisant des dégâts’ et les ‘Emotions’. À la demande des enseignants, nous avons rajouté d’autres thèmes, comme ‘la Respiration’ en 2021, le ‘Petit-Déjeuner’ en 2022 ainsi que le ‘Mauvais gras’.

Résultats

Après nos 1ères interventions en 2019
Les présentations étaient ludiques et très interactives : il y a eu une adhésion immédiate des élèves qui ont posé beaucoup de questions sur ‘le bon et mauvais sucre’ et nous sommes restés beaucoup plus longtemps que prévu.
Surtout les élèves ont réagi après nos interventions en changeant des habitudes alimentaires en classe : remplacer les bonbons par des fruits secs/noix et enlever les boissons sucrées pendant les fêtes ; apporter des fruits et légumes au goûter!
Un travail sur les émotions pendant le reste de l’année a même été demandé par une classe.

Conclusions

Au total, 32 interventions en classe ont eu lieu de 2019 à 2022 : les élèves (CM1-CM2) ont été très actifs sur le sujet de l’alimentation. Cette année, nous sommes même intervenus auprès des élèves de CE2 (la respiration).

La prévention santé devrait faire partie des sujets abordés en classe tout au long de l’année, avec l’aide de professionnels. Les enseignants et infirmiers scolaires ont conscience des problèmes de santé qui ne cessent d’augmenter chez les jeunes à cause d’un manque de communication sur le sujet.

Alerter sur les dangers du ‘Sucre, une drogue’ dès l’enfance a été notre 1ère étape. Les élèves ont pris conscience de l’impact de leurs choix alimentaires sur leur santé et ont mis en place des actions. Ils sont eux même confrontés dans leur famille à des maladies et ont été donc sensibles au discours sur certaines causes déclenchant ces symptômes.

Avec des enseignants volontaires, une vraie stratégie de prévention santé globale peut être planifiée tout au long de l’année en incluant l’alimentation (‘Mauvais sucre’ & ‘Mauvais gras’ & ‘Malbouffe’ & ‘Petit Déjeuner’) et aussi la gestion des émotions et du stress. Informer les parents et les chefs cuisiniers sur ces sujets serait la prochaine étape.

Article

Comment aider nos jeunes, comment les initier à une prévention santé pour qu’ils grandissent avec une bonne hygiène de vie avant que les mauvaises habitudes s’installent ?

Comment les prévenir que ce qu’ils mangent avec insouciance par habitude peuvent les rendre malade plus tard ?

Virginie, l’infirmière scolaire, ainsi que les instituteurs ont tous pleinement conscience du danger du mauvais sucre chez les enfants car ils sont déjà les témoins impuissants de l’augmentation du surpoids, de l’obésité, de l’hyper activité et du manque de concentration en classe… et de la plupart des maladies chroniques qui se déclenchent de plus en plus chez les jeunes.
Lors de la réunion d’introduction entre les instituteurs/ infirmière scolaire et l’équipe de CESAM en Aout 2019, il y a eu unanimité sur l’urgence des sujets d’intervention en classe :
1) ‘Le Mauvais Sucre, une drogue faisant des dégâts’. Initiation à la prévention des risques
sanitaires due à l’absorption de sucre chez l’enfant. Justement, le Docteur Lallement voulait aborder ce sujet en priorité. Pourquoi ? Car ce mauvais sucre fait des ravages chez nos jeunes comme une drogue.
2) ‘Les Emotions’ avec Marcel Sandras (Intervenant équipe CESAM 2019 nutritionniste, restaurateur et philosophe) qui relierait le sujet des aliments sur le plan émotionnel.
3) En 2021, la ‘Respiration’ a été ajoutée. En 2022, ‘Le Petit Déjeuner’ a été demandé par une
classe. ‘Le Mauvais gras’ serait un autre sujet à aborder en classe ainsi que ‘la Malbouffe’.

Au total plus de 15 interventions dans des classes de CM1-CM2 et CE2 (en 2020 arrêt des interventions à cause de la covid)

Ces ‘Ecoles pilotes’ étaient nécessaires pour tester si les élèves étaient prêts à entendre ces discours et surtout vérifier si leurs mauvaises habitudes allaient changer à la suite des conférences.

La ville de Mouans Sartoux est aujourd’hui en contact avec CESAM pour un programme de
prévention santé dans les écoles et collèges dans la commune.

NB : une expérience sur la respiration guidée (cohérence cardiaque) dans l’Académie de Poitiers a eu une incidence très positive au bout d’un mois sur le comportement des élèves : concentration, climat de classe, etc… L’expérience a été aussi faite à l’Académie de la Réunion et au Québec (en tout 2000 élèves). Il y a une expérience en Australie (les enfants : tube à essai sur pattes) qui a montré l’impact significatif en 2 semaines seulement sur le comportement des élèves en éliminant tout simplement les additifs. Combiner une alimentation saine avec une respiration apaisante contribuera bien à une meilleure santé pour nos jeunes, encore faut-il en prendre conscience et le mettre en pratique.

Déroulement des interventions en classe
Les instituteurs (CM1 et CM2) étaient particulièrement engagés sur ce sujet de prévention santé et avaient préparé les élèves à certaines informations. Des articles avaient été distribués comme ‘le sucre, ce doux poison au gout si doux’.
Un échange bienveillant s’est établi tout de suite entre les participants et les intervenants, les élèves étaient respectueux et levaient le doigt pour poser des questions.

1ère intervention en 2019 :
Le Docteur Lallement a fait sa présentation ludique avec son morceau de tuyau qui représentait le tube digestif et des fils rouges comme vaisseaux sanguins. Il a parlé aussi le tableau d’index glycémique pour les bons et mauvais sucres en insistant sur les sucres cachés de certaines boissons ou aliments qui font beaucoup de publicité dans nos médias.

Ces présentations sur le ‘mauvais sucre’ étaient très interactives avec une forte adhésion des élèves qui avaient beaucoup de questions. L’intervention était une prise de conscience sur l’alimentation pour responsabiliser les enfants qui étaient prêts à entendre la vérité sur le lien avec les maladies car aujourd’hui les enfants vivent de plus en plus dans des familles qui ont des soucis de santé.

Ensuite, Marcel est intervenu en parlant des 6 émotions principales avec des dessins et une liste d’adjectifs décrivant chaque émotion pour enrichir le vocabulaire des enfants. Des outils ont été décrits pour identifier l’émotion avec une graduation allant de 1 à 10. Afin de calmer le mental, des longues respirations par le ventre ont été pratiquées ainsi que des recommandations comme la visualisation d’un évènement joyeux ou la pratique d’un sport ou une activité artistique.

Nous avions prévu de rester 30-40 mn pour garder ‘la concentration’ des auditeurs mais à notre grande surprise, les enfants ont participé activement et nous sommes restés plus d’1h30/ 2h. Le contact ‘intervenants -élèves’ a été bien ‘magique’. Nous avons laissé aux instituteurs des documents qui devaient être utilisés en classe.

Interventions en 2021-2022 :
Le Covid ayant perturbé les interventions prévues en 2020 dans ces mêmes classes, c’est seulement en Mai 2021 que nous sommes retournés dans les écoles. Cette fois ci, le sujet abordé était uniquement le ‘mauvais sucre’ et toujours à notre grande surprise, les questions des enfants étaient nombreuses puisque nous restions jusqu’à 1h30 en classe.
En Mars 2022, nous sommes revenus avec de nouveaux intervenants dans l’équipe CESAM : ‘le mauvais sucre’ ‘Mauvais gras’ a été abordé chez tous les CM1-CM2 ainsi que la respiration (les CE2 aussi). Atelier mise en pratique avec des aliments et des morceaux de sucre pour montrer les quantités dans les produits (sodas/etc..) ainsi qu’un extracteur de jus afin de visualiser les fibres contenues dans les légumes. 
A chaque séance sur le ‘mauvais sucre’, nous avons apporté du chocolat >70% ainsi que des fruits secs à faire gouter aux enfants, et la majorité a apprécié et en a redemandé!

Toute l’équipe CESAM est en admiration devant ces enseignants, infirmière et ses élèves motivés. On a trouvé, à chaque fois, une énergie incroyable et une volonté d’apprendre dans toutes les classes.

Actions des instituteurs après notre passage, un grand merci à ces instituteurs et infirmière scolaire pour leur engagement dans les écoles.
Quand nous sommes rentrés dans notre 1ère classe, tous les élèves se sont levés, on ne s’y attendait pas, en fait. Et à chaque classe, même comportement et respect dans une très bonne ambiance.
Voici les diverses actions après notre intervention :

Communication aux autres instituteurs de l’école sur les conférences
– Des articles sur le lien entre ‘Alimentation et Santé’ ont été distribués.

– Dans une classe, le tableau index glycémique en format A4 a été distribué à chaque élève avec un questionnaire pour savoir ce que chacun mangeait à la maison pendant une semaine. Les autres classes allaient le faire aussi anonymement pour voir la tendance
générale. Cela aurait servi de base pour une seconde intervention de la part du docteur Lallement sur le sujet ‘La malbouffe et le lien avec les maladies/ cancers. Informer sur le danger des plats industriels préparés’.

– Suite à une intervention, l’instituteur veut une autre séance sur le petit déjeuner avec la même classe suite à une enquête montrant que ses élèves n’en prenait pas.

– Un instituteur a travaillé sur les émotions à la demande de ses élèves et le matin, les élèves volontaires pouvaient identifier leur émotion.

Quelques parents sont venus poser des questions aux instituteurs et c’était très positif. Certains parents connaissaient même les livres du Docteur Lallement et ont été ravis de son intervention personnelle et bénévole dans leur école ‘publique’.
Lors de nos 1ères interventions, des écoles ont décidé (avec le soutien de l’infirmière scolaire) de poursuivre l’éducation sur l’alimentation tout au long de l’année en impliquant aussi les parents à long terme. C’est un projet plus ambitieux car cela implique directement l’instituteur sur le sujet et nous allons l’aider en fournissant du contenu (tableau Index glycémique visuel avec images,
présentations) pour les adapter en classe.

Réactions des élèves après nos interventions
Il faut rappeler que l’on parle d’élèves de CM1 et CM2 donc entre 9-11 ans. Et on a découvert que les enfants sont prêts à entendre la vérité sur le lien alimentation- maladie/cancers).
Voici les actions prises (par les élèves) rapportées par les instituteurs/ institutrice/ infirmière scolaire
dans leurs écoles primaires :

– ‘Les élèves ayant assisté à l’intervention ont voulu partager les informations avec d’autres classes, ils sont allés par 3 dans les autres classes. Très intéressant.’

– ‘Ils ont supprimé les bonbons ainsi que les boissons sucrées dans toute l’école et pendant les fêtes, seulement l’eau est proposée, plus aucun bonbon’

– ‘Pendant la fête d’Halloween, les élèves ont voulu remplacer les bonbons par des aliments sains comme les fruits et noix !’

– ‘Les boissons sucrées et les bonbons ont été supprimés des anniversaires’

– ‘Les élèves ont demandé des fruits secs et noix pour les récompenser !’

– ‘Le gouter se composait désormais de ‘fruits et légumes’ au lieu de gâteaux’

– ‘Les élèves ont demandé à continuer d’identifier leurs émotions chaque matin’

C’était assez incroyable d’entendre ces bonnes décisions sachant qu’il est si difficile de changer des habitudes alimentaires anciennes et bien établies des adultes.  En voulant faire un résumé sur ce dernier sujet, quelle a été notre agréable surprise en réalisant que les enfants avaient tout retenu sans même l’avoir revu avec le professeur ! Ils avaient tout assimilé.
En quittant la classe, des enfants nous ont dit ‘Quand est-ce que vous revenez ‘ ?

Conclusion

Cela vaut vraiment la peine d’enseigner la prévention santé dès le plus jeune âge et cela doit commencer à l’école avec l’aide de professionnels de la santé ou experts.

Les classes de CM1-CM2 ont été très encourageantes mais je pense que les résultats seraient tout aussi positifs avec des élèves plus jeunes ou plus âgés, en s’adaptant selon le public. Les enfants écoutent et sont sensibles à la vérité, à l’honnêteté, à l’authenticité de celui qui transmet ces informations. En 2022, l’intervention sur ‘la Respiration’ aux CE2 a été très encourageante par l’accueil positif des élèves curieux et donc nous pensons venir les informer sur l’alimentation aussi.

L’implication personnelle des enseignants est clé dans ce projet car ils sont tous volontaires pour faire de la prévention santé une priorité.

Il ne faut pas seulement aborder le sujet de l’alimentation, une vraie politique de prévention ‘santé globale’ inclut aussi la gestion des émotions, la gestion du stress (cohérence cardiaque, respirations etc..), les risques aussi liés aux nouvelles technologies… le sujet est si vaste et une approche globale doit être mise en place pour diminuer les risques sanitaires dès l’enfance.

Surtout ne pas s’arrêter à une intervention seulement par an mais l’enseigner tout au long de l’année pendant la vie scolaire !  

Informer les parents sur les dangers du sucre et proposer une nourriture équilibrée à la cantine permettrait d’aider les enfants à ‘se désintoxifier’ de cette drogue et préserverait leur santé future.

La crise du Covid a confirmé la faiblesse d’un système de prévention santé à tous les niveaux.

Un des moyens de changer notre société, c’est d’apprendre la prévention santé aux enfants qui ne sont pas encore formatés et qui ont une ouverture d’esprit pour des changements et aussi parce qu’eux seuls détiennent le pouvoir d’éduquer… leurs propres parents et plus tard de protéger même leur propre famille avec de bonnes habitudes de vie saine.